Sweden Rock Festival 2019

Tuesday, 6 November 2018

CD Critics: Dire Peril - The Extraterrestrial Conpendium (2018)


(French Only!!)


CD Critics

Dire Peril -The Extraterrestrial Compendium (2018)

Le groupe:
Jason Ashcraft – Guitare et Basse
John Yelland – Voix

Musiciens live:
Chelsea McMasters – Basse
Balmore Lemus – Guitare lead
Alex Bosson – Batterie

Les chansons:
01 – Yuatja Hunter Culture

02 – Planet Preservation

03 – Enemy Mine

04 – The Visitor

05 – Total Recall

06 – Queen of the Galaxy

07 – Roughnecks

08 – Blood in the Ice

09 – Heart of the Furyan

10 – Altair IV – The Forbidden Planet

11 – Always Right Here

12 – Journey Beyond the Stars

Genre: Power Metal/Progressif Metal/Thrash Metal

Dire Peril est un groupe Américain qui a vu le jour en 2009 et qui est orienté en matière d’influence d’Iced Eath ou d’Iron Maiden. Un premier E.P. sort en 2012 et s'est ensuivi de deux autres mini-albums au cours des années suivantes et une compilation en 2015. Le groupe est composé que de deux musiciens, sois Jason Aschcraft et de John Yelland. C’est maintenant aujourd’hui en 2018 que le groupe nous offre son premier album complet qui est intitulé The Extraterrestrial Compendium. Comme son titre l’indique, le groupe est carrément influencé au niveau des textes, sur l’espace et tout ce qui est relié à la science-fiction. Un album contenant douze chansons qui me tardent de vous faire découvrir, alors allons de ce pas, chanson par chanson ce que renferme Extraterrestrial Comprendium.

Le tout débute avec Yuatja Hunter Culture. Dès les premières notes ont reconnaît très vite un certain Iced Earth. Rythmique endiablée et une voix vraiment convaincante. J’oserai même dire qu’il y a une belle combinaison vocale entre la voix principale et les back vocaux. Une solide batterie agrémente le rythme de très belle façon et la guitare offre de superbe mélodie, une bonne pièce en ouverture d’album. Planet Preservation demeure sur la même tonalité en matière d’influence mais offre quand même une certaine particularité qui leur est propre. Car malgré des rythmes rapides et nettement dynamiques, je perçois une certaine touche progressive. Le jeu des guitares est vraiment sublime lors des mélodies. Un rythme qui force le headbang. Enemy Mine avec son entrée plus acoustique mais heavy, fait ressortir une influence provenant nettement d’Iron Maiden. J’aime beaucoup les changements de voix qui sont vraiment efficaces. Encore une fois un bon mélange entre rythmique rapide et mélodie provenant des guitares. Après trois chansons, le rythme est resté assez rapide et fort entrainant, mais il est sur le point de changer avec The Visitor. Guitare acoustique a l’honneur, de belles et douces voix. On peut considérer nettement cette pièce comme une ballade. Pour ceux qui sont amateurs de ce genre de chanson inclus dans un album métal, vous serez ravis, car elle dégage beaucoup d’émotions et la guitare électrique au moment du solo sont tout simplement magnifiques. Total Recall nous ramène vite sur terre avec des rythmiques rapides et soutenues. Cette pièce mérite une écoute rapide de votre part, car selon moi, elle inclut tout ce que l’essence du métal doit être. Préparez-vous à chanter avec le groupe. Comme c’est le cas depuis le début de l’album, les guitares offrent un rythme puissant et heavy et un solo vraiment puissant. Queen of the Galaxy offre plus de mélodie provenant des guitares. Un rythme nettement plus lent, voire même progressif. Une pièce qui offre quand même certaines nuances avec son rythme plus éclairci, mais attention elle en demeure néanmoins heavy. Roughnecks revient vite au son et rythmique imposer depuis le début de l’album, ce qui veut dire que la batterie est rapide, les rythmes rapides offerts par la guitare son vraiment puissant, un mélange en voix chanter de façon claire et d’une autre plus criarde. Une belle partie avec des breaks provenant des guitares sont vraiment savoureuses et on headbang à souhait. Blood in the Ice débute de façon plus douce mais qui va prendre tranquillement de l’ampleur et devenir de plus en plus heavy. Attention par contre le rythme va demeurer lent et doux mais le jeu des guitares vient mettre une touche très heavy en milieu de piste. Vous aimerez c’est garanti, surtout que vers la fin de la chanson, le rythme s’accélère. Heart of the Furyan reste dans le même rythme au début mais la tonalité de la voix me fait vite penser à Hansi Kürsch de Blind Guardian. Le rythme prend de l’ampleur et nous offre un bon métal progressif heavy et direct avec certaines parties plus douces. Encore une fois c’est une pièce convaincante et fort efficace. Altair-The Forbidden Planet est une pièce de power metal avec des rythmiques soutenues et fort bien interpréter au niveau vocal. Dynamiques et entrainantes et une batterie puissante et deux guitares qui se chevauche entre rythme heavy et à la fois mélodieuse. Vous aimerez à coup sur cette chanson. Always Right Here a un début plus lent et plus nuancé dans son ambiance sonore, un peu comme Iced Earth le fessait sur The Dark Saga. Encore une fois, le jeu des guitares est vraiment bon avec de beaux solos mélodieux ici et là. La voix est tout simplement sublime. Journey Beyond the Stars vient conclure l’album avec une guitare acoustique d’entrée de jeu et une trame sonore qui crée une belle ambiance douce et calme. De surcroit, cette chanson est la plus longue avec 9:34 au compteur. Sur la première partie de la chance, la douceur est vraiment au rendez-vous mais ensuite le rythme imposer par la batterie et les guitares nous force à headbanger. Lors des parties plus douces, les guitares sont tout simplement magistrales dans son interprétation. Un excellent mélange de douceur et de guitares heavy. Le tout se termine avec une trame de piano et suivi d’une narration. Cette dernière pièce mélange beaucoup le progressif métal et un excellent heavy metal.


Dire Peril n’a pas réinventé la roue, mais ses compositions sont vraiment bonnes et bien construite, efficace sur toute la ligne. Imaginer Ices Earth qui rencontre Demons & Wizards et Iron Maiden qui rencontre Symphony X et c’est tous se mélange que vous retrouverez sur l’album The Extraterrestrial Compendium. Une voix vraiment puissante sur certaines chansons et sur d’autres plus mélodieuse, mais toujours efficace. Que dire des deux guitares, le mélange de rythmiques est tout simplement bluffant, que ça vienne des riffs plus agressifs ou des parties plus mélodieuses, On voit, mais surtout on entend clairement que le jeu des guitaristes est incontestablement parfait et bien mixé. J’imagine encore voir ce groupe sur scène et de réentendre ces guitares encore plus heavy. Au niveau de la batterie c’est un bon mélange entre la double caisse et un rythme rapide, que des partis les plus douce. Finalement, c’est douze chansons de qualité et à un premier album de Dire Peril qui mérite toute votre attention.

Ma note: 8.5/10


Blood on the Ice videoclip: https://www.youtube.com/watch?v=NzpbxlYW86A
Critique par Alain Labonte
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment