Sweden Rock Festival 2019

Thursday, 29 November 2018

CD Critics: Unearth - Extinction(s) (2018)



Critique CD

Unearth - Extinction(s) (2018)

Le groupe:
Trevor Phipps – Voix
Ken Susi – Guitare
Buz McGrath – Guitare
Chris O'Toole – Basse
Nick Pierce – Drums

Les chansons:
01 - Incinerate
02 - Dust
03 - Survivalist
04 - Cultivation of Infection
05 - The Hunt Begins
06 - Hard Lined Downfall
07 - King of the Arctic
08 - Sidewinder
09 - No Reprisal
10 - One with the Sun

Genre: Metalcore/Metal

Souvent quand on parle de métalcore et surtout des groupes qui viennent de Boston (U.S.A.,) le premier nom qui nous viens à l’esprit est Unearth. Depuis la sortie de The Stings of Conscience (2001), le groupe n’a cessé de nous impressionner avec des sorties d’albums de qualité dont : III: In the Eyes of Fire (2006) ou The March (2008). Écumant tous les pays du monde avec d’incessante tournée en première partie ou en vedette. Leur dernier album Watchers of Rule (2014) avait reçu de très bonne critique a l’époque, mais il aura fallu quatre ans a Unearth pour nous pondre un nouvel album qu’est Extinction(s). Alors ne perdons pas de temps et découvrons ensemble ce que contient ce nouveau méfait d’Unearth.

Avec Incinerate comme première chanson, pas de pause ni d’intro, c’est un metalcore qui nous est jeté en pleine face. Un groove lourd très puissant avec un jeu de guitare qui apporte de belle harmonie. Un rythme qui se casse a dans certaines parties de la chanson mais qui ne dénature aucunement l’ambiance de la chanson, du très bon heavy qui nous prépare pour la deuxième pièce qu’est Dust. Un début typé plus métal que metalcore, mais comme le groupe ne renie pas son style, les riffs des guitares deviennent très rythmés avec une voix growl très puissante et convaincante. Des breaks down solide et bien exécuté. Ont ne peut s’empêcher d’headbanger. Survivalist est le genre de chanson qui va énerver les fans de metalcore et qui ne pourront plus cesser de se frapper les épaules dans un moshpit. Plusieurs changements de rythme mais l’ambiance général et demeure très agressive. Cultivation of Infection a un départ plus lent avec un simple son de guitare et un son d’atmosphère comme trame de fond. Mais le rythme redevient vite déjanté et agressive tout en gardant une certaine partie plus mélodieuse provenant de la guitare. La voix demeure toujours très puissante, mais surtout agréable à écouter. The Hunt Begins avec ces guitares sous accordés, nous apporte une certaine lourdeur dans la chanson. Le rythme demeure quand même très rapide. Comme dans les chansons précédentes, il y a toujours une petite partie de mélodie provenant de la guitare. Hard Lined Downfall est complètement déjanté dès le départ, cette pièce va tout détruire sur son passage. Très agressive et ultra rapide. La voix growl et très criarde est époustouflante. Une chanson directement conçue pour être jouer sur scène. King of the Arctic débute avec plus de douceur malgré les rythmes saccadé provenant des guitares. L’ensemble des instruments offrent quand même une certaine lourdeur qui va vite se transformer en rythme effréné et extrêmement heavy. Le jeu de la batterie est vraiment impressionnant. Sidewinder nous apporte ailleurs avec le son des guitares, plus ambiancées au niveau du rythme. Parlons justement du rythme, il ne cesse de changer mais pour le meilleur, c’est une courte pièce, mais vraiment bonne à écouter. No Reprisal offre elle aussi plusieurs nuances provenant des guitares au début mais ensuite le rythme part en vrille et c’est headbang garantie. Il y a toujours ce petit coter mélodieux ici et la provenant de la guitare, mais l’ensemble demeure vraiment rythmé. Les back vocaux jouent un rôle important sur cette chanson et s’amalgame très bien à la voix growl du chanteur. One with the Sun viens clore l’album de façon ultra rapide. Une façon de terminer un album qui jusqu’à maintenant n’a pas vraiment offert grand répit au niveau agressivité. Cette dernière chanson offre beaucoup de nuances provenant des guitares.

Avec Extinction(s), Unearth nous offre un album ou toutes les chansons sont susceptible d’être jouer en mode concert. Une production en béton armé. Dix chansons fort bien construites avec de très belles ambiances provenant des guitares. Des changements de rythme qui n’altère jamais l’efficacité ou l’agressivité des chansons. C’est le genre de métalcore qui se mélange très bien au métal traditionnel ou au thrash a certain endroit. Peut-importe notre allégeance dans nos choix de style de métal qu’on préfère, Extinction(s) va plaire à une très large publique. Alors acheter sans tarder cet album qui a coup sur, vous jettera par terre par la grande qualité de ces chansons.

Ma note: 9/10

 
One with the Sun vidéoclip: https://www.youtube.com/watch?v=cz8IbywzOCw
Critique CD par Alain Labonte
Correction de texte par Julia M
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment