Sweden Rock Festival 2019

Wednesday, 5 December 2018

CD Critics: Darkaeon - The Shattered Monolith (2018)




Critique CD

Darkaeon - The Shattered Monolith (2018)

Le groupe:
Émile Sylvestre – Guitare Lead
Michael Ménard – Guitare Rythmique
Hugo Mc Sween – Voix
Alexandre Mirandette – Basse
Yanick Lemieux – Drums

Les chansons:
01 - Ignite

02 - The Shattered Monolith

03 - In the End

04 - Throne of Thy Sins

05 - Hourglass

06 - Elegy

07 - The Observer

08 - Ocean

Genre: Métal Progressif/Groove Métal/Mélodique Death

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore Darkaeon, c’est un groupe de la belle région de Lanaudière au Québec. Le groupe pioche dans un registre provenant de divers styles de métal. Leur premier album, Nihilism, qui est paru en 2014, nous faisait découvrir un groupe talentueux avec un très bon niveau de composition. Comme l’adage le dit dans le milieu de la musique, le deuxième album est le véritable test. The Shattered Monolith nous arrive quatre ans plus tard et il me tarde de le découvrir avec vous.

Ignition ouvre le bal avec des guitares en sourdine et qui montent en volume. On ressent immédiatement un coté très prononcé vers un métal très progressif, mais avec un certain groove. De belles ambiances très épurées viennent agrémenter le tout. Le jeu des guitares est tout simplement sublime et très varié dans les rythmiques. Une très belle voix qui peut aisément passer d’un coté net et clair à certains passages plus growl. Un très bon début d’album. The Shattered Monolith, qui est la pièce titre de l’album, nous offre un rythmique plus rapide tout en demeurant dans un style progressif. La voix est légèrement plus agressive. Même si le rythme devient plus saccadé à certains moments, l’ensemble de la pièce et l’atmosphère qui s’en dégage demeurent néanmoins très savoureux à mes oreilles. In the End, avec un piano d’entrée de jeu et une guitare qui nous apporte une sonorité vraiment agréable, n’est pas totalement une ballade, mais son rythme est plus lent mais très convaincant, surtout grâce au jeu de la batterie, mais surtout au niveau vocal de Hugo Mc Sween. Les atmosphères qui se dégagent de l’entièreté des instruments est planant à certains moments tout en gardant quand même une certaine base très heavy. Throne of Thy Sins reste légèrement dans le même rythme lent, mais groovy avec un fort penchant pour le progressif. Les guitares sont tout simplement magistrales et leur niveau d’exécution est parfait. Le rythme est super bon et la basse apporte ce petit côté groovy et jazzy fort intéressant. Du coté de la voix, il y a un bon mélange entre voix douce, agressive et growl. Hourglass est plus heavy dans sa rythmique, mais il en demeure tout de même un aspect plus technique et saccadé dans son exécution. Certains passages sont plus agressifs et la voix growl vient faire certaines incursions dans la chanson. Une composition de haut niveau pour des musiciens de haut niveau. Elegy est l’exemple même des mélanges de styles dont le groupe se sert comme inspiration première. Double caisse qui roule fortement à certains endroits, un son plus jazzy et une batterie qui va dans tout les sens au niveau de son interprétation. L’ensemble demeure progressif, mais avec beaucoup de couilles. The Observer nous offre dès le départ de superbes atmosphères dans le son. Un rythme plus planant dans l’ensemble sonore, mais qui est fort bien fait. Des rythmiques très heavy se mélangent bien à l’aspect plus progressif de la pièce. Le niveau d’exécution des guitares est tout simplement magistral. Ocean est la dernière chanson de l’album et elle est la plus longue avec ses treize minutes. Un début vaporeux et calme se transforme très vite en rythme nettement plus heavy. Les guitares nous offrent des sonorités absolument hallucinantes et de qualité. Dans cette pièce, le groupe va dans toutes les directions et nous démontre sa capacité de maitrise de leurs instruments.  Je ne pouvais pas demander mieux pour une fin d’album.

Darkaeon avec The Shattered Monolith m’a complètement  jeté par terre. Le niveau de composition de cet album est tout simplement hallucinant. C’est huit chansons de très grandes qualités. Que dire des musiciens, deux guitaristes qui maitrisent à la perfection leurs instruments et qui nous offrent de savoureuses sonorités. N’oublions pas le coté d’exécution très technique de la batterie. La basse nous apporte un aspect plus groovy et jazzy qui est fort agréable. La voix est magnifique et peut se transporter dans divers registres de métal. Darkaeon passe aisément le test du deuxième album et peut même se targuer de pouvoir jouer dans la cour des grands. Une production en béton signée Chris Donaldson (Cryptopsy) et enregistrée au studio The Grid à Montréal. Québec-Métal recommande fortement d’acheter cet album qu’est The Shattered Monolith.

Ma note: 10/10


Québec-Métal Facebook: https://www.facebook.com/QuebecMetal/
Critique CD par Alain Labonte
Correction de texte par Annick Pelletier
©Québec-Métal

1 comment: