Bloodstock Festival 2018

Tuesday, 3 June 2014

CD Critics: B.A.R.F. - Brûle Consume Torture (2014)

 French Version Only !!



Critique CD

B.A.R.F. - Brûle Consume Torture (2014)

Le Groupe :
Marc Vaillancourt - Voix
Denis Lepage - Guitare
Dominique Lapointe - Basse
Carlos Araya - Batterie

Les Chansons :
01 - Brûle Consume Torture
02 - Crever d’soif
03 - Éternelle
04 - Antidote
05 - Triple 6
06 - Leader
07 - Hater
08 - Whiskey
09 - Mourir en Conscience
10 - Histoire de Puke
11 - Je me Souviens
12 - Chiâler
13 - Misère Noir

B.A.R.F. existe depuis les années 80 mais en 1999 le groupe met fin à sa belle histoire qui aura duré 14 ans.  16 ans après le groupe reviens avec un nouvel album qui s’intitule : Brûle Consume Torture. Fort d’une nouvelle mouture qui comprend Carlos Araya (Anonymus) et Dominique Lapointe (Beyond Creation) le groupe ne peut-être que plus fort. La particularité de ce groupe, est que le chant est entièrement chanté en français ce qui n’est pas légion au Québec pour un groupe de métal. Ce nouvel album contient 13 pistes et nous allons décortiquer le tout pour vous.

L’album débute par la pièce titre qu’est Brûle Consume Torture, le tout commence avec un son sourd qui évolue lentement par les percussions et la guitare, soudainement le tout pars et on voit sur le coup que le groupe ne fera pas dans la dentelle, rythmique très heavy et rapide, comme le chanteur nous y à habituer, sa voix y est hargneuse, une pièce direct et courte mais suffisamment longue pour que son auditeur l’apprécie à souhait.  Crever d’soif  est plus du côté punk mais sans perdre son côté métal, tout aussi rapide que la précédente (un vidéoclip as été réalisé pour cette dernière). On peut aussi y ressentir du thrash à la Anthrax. Éternelle ne calme pas le jeu agressif, au contraire la hargne et la colère se ressent fortement, tous les instruments se ressente, aucun n’est mis en retrait, la voix toujours colérique et fort efficace. Dans cette dernière on peut y entendre une voix féminine qui est celle d’Amélie Aminian. Antidote reste dans le même mouvement, que dire de plus. Une pièce entrainante du début à la fin, comme avec la précédente, la guitare nous offre un solo court mais très solide. Triple 6 ne veut pas nous calmer, rythmique plus casser mais toujours aussi lourde, un bon groove accompagne le tout ce qui renforce sa lourdeur, soudainement le rythme deviens rapide et on ressent le jeu et le niveau de composition technique même si avec de courte pièces on pourra croire du contraire. Leader est une pièce plus longue et débute en version acoustique mais ne laisser vous pas prendre au jeu, car son côté agressif reviens assez vite, un bon mélange entre rythme lent et rapide, j’aime bien le son que la guitare emmène a certaine occasion, malgré sa lourdeur c’est une autre pièce qui démontre le talent et le côté technique de ces musiciens. Hater reviens aux premières pièces de l’album, direct et rapide, aucun compromis ici, on ressent que le groupe n’a pas l’intention de vous calmer trop longtemps, une pièce plus rock ‘n roll de par le son mais tout en restant heavy et rapide. Whiskey débute en banjo et offre un rythme plus festif, vous voulez fêter, boire une bonne bière ou autre, cette dernière vous comblera, seul l’écoute vous en dira plus. Mourir en Conscience est rythmé et groovy, c’est une pièce qui fera assurément bouger la fosse en spectacle, même moi devant mon  écran à son écoute je me laisse avoir par son rythme, la voix demeure toujours agressive et même growl a un certain moment. Histoire de Puke à plusieurs cassures de break tantôt rythmé, tantôt rapide, c’est une excellente pièce assurément conçu sur mesure pour la scène, voix parlé à un moment donné, une pièce plus atmosphérique dans son approche selon moi. Je me Souviens reste dans le même rythme imposé depuis le début de l’album, plus lente mais lourde, même le solo de guitare à une certaine lourdeur mais sans que le rythme rapide n’y sois affecté. Chiâler est plus rapide et a un aspect death thrash fort agréable et toujours aussi rapide, un excellent mélange de rythmique. Misère Noir est la dernière pièce de cet album mais aussi la plus longue avec ces 9:52 au compteur, un début nettement plus lent. On peut aussi y entendre du violoncelle qui est de Philippe Mius D’entremont. Une pièce plus ambiancé, la chanson porte bien son nom, car dans son approche elle est vraiment sombre et noir, le rythme reprend plus de vigueur a un moment donné mais tout en gardant cette noirceur qui la caractérise. Après 4:30 on a  l’impression que le tout est terminer avec une long son soutenue comme si une guitare s’étirait dans le son après avoir fini de jouer et  sa y restera comme tel jusqu’à la fin, après tout ça un petit message vous est livré que je vous laisserai découvrir par vous-même

B.A.R.F. n’a pas sorti d’album en 16 ans.  Mais l’attente en a valu la peine, 13 pistes d’une grande qualité et fort bien composé, La voix de Marc Vaillancourt est sublime et n’a rien perdu de ce long congé discographique, l’ajout de Carlos Araya à la Batterie et de Dominique Lapointe a la Basse fût un excellent choix, pas que le groupe ayant constitué le passer ne l’était pas, mais disons qu’avec ces composition et le talent de ces membres présent donne une saveur plus lourde et ressenti, souhaitons que le retour de B.A.R.F. sur CD n’est pas que pour un seul album, car ils ont encore la rage, la passion et le tout se ressent très bien. C’est un album chanté complètement en français et le tout ressort bien. Vous cherchez un album métal qui vous captivera du début à la fin ? Brûle Consume Torture est pour vous. Enregistrer au Baddass studio sous la houlette de Jeff Fortin, une production solide et fort efficace. Cet album est fort recommandé par Québec-Métal!

Ma Note : 9/10

Alain Labonte (Québec-Métal)
 


No comments:

Post a Comment