Bloodstock Festival 2018

Thursday, 12 February 2015

Concert Review: Napalm Death/Voivod & guest (Feb 5th 2015 at the Mavericks, Ottawa)

(french review only)



GROSSE SOIRÉE POUR LES AMATEURS DE METAL!

Les métaleuses et les métaleux de toutes les générations en ont certainement eu pour leur argent ce jeudi 5 février dernier, alors que se sont successivement produits sur scène Black Crown Initiate (BCI), Iron Reagan, Exhumed, Voivod et Napalm Death... Au grand damne de quelques spectateurs retardataires qui ne s’étaient pas procurés de billets en prévente et qui se sont fait pogner les culottes baissées devant les portes du Mavericks alors que la salle de spectacle affichait complet!

Les portes ouvraient à 18h et déjà BCI foulait les planches. D’aucuns diront que c’était très tôt pour débuter la soirée, puisque le temps de se préparer, de souper et de se rendre au Mavericks après une journée de travail, le premier groupe regagnait les loges. C’est donc à regret que plusieurs n’ont pu voir performer ce jeune groupe. Originaire de la Pennsylvanie et fondée en 2013, la formation de Black Crown Initiate évolue dans le progressif death metal et exploite des thèmes philosophiques, notamment le nihilisme, un point de vue selon lequel le monde est dénué de tout sens.

À 19h20, c’était au tour d’Iron Reagan, un groupe hardcore punk/trash metal, d’échauffer les planches. Le groupe, composé de quatre membres, est originaire de la Virginie et évolue sur la scène métal depuis 2012. Beaucoup de jeunes attendaient avec impatience ce show qui fut somme toute énergique, rafraichissant et, plutôt, surprenant! En fait, plusieurs, bien qu’ils ne connaissaient pas cette formation, se sont surpris à taper du pied et à suivre les beats vifs et musclés de la musique d’Iron Reagan! Traitant de thèmes tels que la politique et la violence, de side-project par des membres de Municipal Waste et de Darkest Hour, Iron Reagan a su trouver sa niche et conquérir son public. Le groupe a finalement produit trois albums dont le dernier en collaboration avec nul autre qu’Exhumed…

Ce qui m’amène à la prestation d’Exhumed qui avait ensuite rendez-vous avec son public. Exhumed est un groupe gore/death metal, dans sa forme plutôt traditionnelle et fort apprécié par ses auditeurs, alors qu’il était attendu par de nombreux fans. Ce band californien, originaire de San Jose, influencé par des bands tels que Carcass et Entombed, s’est formé au début des années 90 et exploite des thèmes gores mariant légendes et allégories. Le public a en effet eu le privilège d’assister à une brève apparition de l’homme à la scie à chaîne, vêtu d’un sarrau de boucher maculé de sang. Malheureusement, l’accent n’a pas été mis sur cette apparition alors que le groupe a continué à jouer comme s’il n’en était rien laissant de ce fait tomber à plat ce qui aurait pu être une intervention fort divertissante!! Reste que la formation a bien joué, exploitant un répertoire satisfaisant, mais on s’attendait à davantage de cette formation reconnue. Peut-être a-t-elle seulement fertilisé humblement la scène où allaient se déployer ensuite les deux grands noms faisant office de têtes d’affiche : Voivod et Napalm Death!

Lorsque Voivod a foulé les planches, la foule s’est aussitôt densifié et massé vers l’avant pour accueillir comme il se doit ce groupe « trash » metal légendaire! Originaire de Jonquière, Denis « Snake » Bélanger n’a pas hésité à s’adresser à la foule tantôt en français, tantôt en anglais y allant même d’une chanson de son répertoire francophone! Somme toute, les fans ont eu droit à une set list de choix, une sélection opérée parmi les meilleurs titres de l’histoire du groupe! Un moment fort du spectacle de Voivod fut sans aucun doute l’interprétation d’Astronomy Domine de Pink Floyd dédiée à Denis « Piggy » D’Amour, décédé en 2005.

La formation metal Voivod a débuté ses activités en 1982. Tandis qu’à l’époque, les musiciens de speed/trash metal tentaient davantage d’imiter des groupes comme Slayer, et du coup d’atteindre le record mondial du batteur le plus rapide, la niche que s’est créé Voivod était si unique que personne n’a jamais vraiment tenté de les copier. Il est d’ailleurs écrit dans l’encyclopédie du Heavy Metal[i], que les seuls groupes auxquels on pouvait jadis comparer la formation d’un point de vue technique était Rush dans ses moments les plus techniques et King Crimson circa Red. Or, sans vouloir entrer dans des détails trop techniques, on ne peut que s’incliner devant la qualité et le calibre musical des musiciens de Voivod.

Petite anecdote à ce propos, alors que je demande à mon collaborateur qui répond indéfectiblement à cette question souvent posée de ma part : « Mais, dans quelle catégorie peut-on bien entrer Voivod? » Lui, muet d’abord, par monosyllabes ensuite,  de me répondre : « … Heuuuu! Heuuuu! Dans la catégorie voivodienne! Voilà! » Ce qui crée d’ailleurs l’attrait chez Voivod, c’est l’aspect artistique, des créateurs qui ne s’imposent pas de carcan, sinon le leur, libérés de la camisole de force qu’est la catégorisation. En outre, il est fascinant de savoir que Michel « Away » Langevin, le batteur du groupe depuis les tout premiers débuts du groupe, un esprit créatif débordant, est l’illustrateur du groupe ainsi que le concepteur du personnage qui a donné son nom à Voivod, un antihéros semble-t-il inspiré d’une légende transylvanienne.

Bref, un coup de cœur pour cette formation et two tumbs up pour cette performance dynamique ce jeudi dernier au Mavericks! C’est en effet avec beaucoup d’énergie et de fougue que s’est livré Snake (Denis Bélanger) et avec finesse, impétuosité et un plaisir évident que les autres membres ont soutenu sa performance.

Finalement, Napalm Death a poursuivi avec entrain la soirée déjà bien entamée. Malheureusement, dès le début, le groupe a connu quelques petits problèmes techniques, ce qui a légèrement freiné les ardeurs du groupe. Ces problèmes réglés, les membres du groupe ont retrouvé leur bonne humeur et ont pu s’adresser à leur public. Puis, le chanteur a déployé toute son énergie, sa pétulance et son agressivité sur scène... En fait, jamais les fans n’ont vu Napalm Death aussi déchaîné; ce qui prouve que malgré le fait que les musiciens soient d’un âge plus « vénérable », disons cela comme ça, ils n’ont rien perdu de leur fougue et semblent toujours aussi passionnés par ce qu’ils font! Socio-politiquement engagés, les textes de Napalm Death se veulent percutants, mordants et anarchistes, les tempos sont rapides, tandis que les sons de guitare sont brutaux et distordus. Les fans n’ont certainement pas été déçus tant par leur performance que par leur répertoire, dont près du quart était tiré des deux premiers albums, tandis qu’un autre quart était tiré du nouvel album, tout juste sorti il y a quelques semaines à peine. Un album excellent, aux dires de certains fans, soit-dit en passant, peut-être même l’un des meilleurs!

Napalm Death est un groupe de grind metal, originaire de l’Angleterre, qui roule sa bosse depuis 1981 et considéré par son public comme étant l’un des pionniers du genre grindcore metal. C’est dans cette veine que les fans ont pu apprécier une formation toujours aussi agressive et généreuse sur scène! Seul bémol, le fait que Mitch Harris, le guitariste du groupe, ait été absent. Sinon, le groupe a offert toute une performance, une performance au-delà des attentes! On se demande même comment font-ils pour jouer avec une telle intensité soir après soir? Aussi rarement a-t-on vu une telle performance vocale en show!

Un merci spécial aux promoteurs, Mavericks et Black Widow Promotions, sans qui cette soirée n’aurait pas eu lieu.
A special thanks to the promotors, Mavericks and Black Widow Promotions, without who that event wouldn’t have been possible.

Review: Marie-Josée Brisson
Collaborateur: Stéphane Plante
©Québec-Métal 

No comments:

Post a Comment