Bloodstock Festival 2018

Wednesday, 9 March 2016

CD Critics: Necronomicon - Advent of the Human God (2016)


(English will follow)

Critique CD
Neconomicon - Advent of The Human God (2016)

Le groupe :
Rob The Witch – Guitares & Voix
Mars – Basse
Rick – Drums


Les Chansons:
01 – The Descent
02 – Advent of the Human God
03 – The Golden Gods
04 – Okkultis Trinity
05 – Unification of the Four Pillars
06 – Crown of Thorns
07 – The Fjord
08 – Gaia
09 – Bringer of Light
10 – Innocence of Wrath (Celtic Frost cover)
11 – Alchemy of the Avatar


Necronimicon (à ne pas confondre avec le groupe Trash Allemand du même nom) est originaire de la grande région Montréalaise. Fort de quatre albums dont l’excellent Rise of the Elder Ones, le groupe nous revient aujourd’hui avec un nouveau méfait qui s’intitule Advent of the Human God. Le groupe officie dans un Black Metal sombre et puissant avec une certaine influence du Death Metal dissimulée ici et là dans leur musique. Le groupe, au fil des années, (malgré une absence discographique de 7 ans) nous a apporté de solides chansons et une nette évolution pour arriver au chef d’œuvre qu’est Rise of the Elder Ones et naturellement je me demande si le groupe peut faire encore mieux avec son nouvel album. Alors, ne perdons pas de temps et allons voire pièce par pièce ce qui en est vraiment de Advent of the Human God.

Le tout commence par la chanson très orchestrale The Descent. Elle possède une intro très classique, voire une trame parfaite pour un film de suspense. S’enchaine ensuite la pièce titre de l’album qu’est Advent of the Human God. Festival de blast beat, rapidité assurée, une chanson extrêmement sombre avec de superbe orchestration qui emmène une ambiance maléfique et puissante. On ressent très vite la noirceur et on se laisse emporter aisément dans ce mouvement de pure terreur noire. The Golden Gods débute avec un quasi solo de batterie avec une rythmique très effréné. Le jeu de la guitare est tout simplement sublime, rapide tout comme la batterie. Une voix ultra puissante accompagne le tout. Malgré que ce soit la fête du Black Metal sombre et puissant, cela n’empêche que certaines mélodies venant de la guitare apporte une touche sublime. Okkultis Trinity est une autre introduction d’environ deux minutes trente qui nous transporte encore dans une mouvance cinématographique avec de belles orchestrations et qui nous mène tout doucement vers la chanson Unification of the Four Pillars qui est plus Death Metal dans un certain sens. La chanson encore ultra rapide surtout dû au blast beat fort bien exécuté. Il y a toujours certaines ambiances dissimulées ici et là qui apporte une belle saveur à mes oreilles et qui me transporte, sans que je le sache, à l’intérieur même de la chanson. Crown of Thorns a un début qui nous fait penser au Moyen-Orient et qui se ressentira à maintes reprises durant la chanson. Ici, on a une rythmique moins rapide venant de la batterie, j’oserai même dire que ça lorgne entre le Death Metal et le Trash. La pièce ne perd jamais son rythme et elle est puissante et extrêmement heavy. The Fjord débute avec une guitare style espagnole, lente et sombre. On ferme les yeux et on se laisse bercer facilement. Même la voix de Rob (guitare – chant) baisse d’un ton, mais garde le tout extrêmement sombre et puissant. Gaia est une autre trame introductive qu’on pourrait  ajouter à n’importe quel film d’horreur ou de science-fiction.  À la fois psychédélique et envoutante. Bringer of Light débute avec un super rythme venant de la guitare. Une pièce encore très rapide avec du blast beat.  Tout y est pour une chanson puissante et festive à la fois. Il y a certes des moments plus lents qui me font même penser a du Black Sabbath mais version Black Metal. C’est superbe. Innocence and Wrath, qui est une reprise du groupe Suisse Celtic Frost, est une pièce sombre, lente, courte mais foutrement bien exécutée. Alchemy of the Avatar revient aussitôt avec des rythmiques endiablées et puissantes. Une magnifique chanson pour terminer cette tuerie métallique de haute envolée.

Je ne croyais pas qu’après un album comme Rise of the Elder Ones, le groupe puisse encore évoluer autant mais c’est mal connaitre Necronomicon.  Il n’y a aucun temps mort sur cet album et du début à la fin on se laisse transporter vers une noirceur musicale puissante et dynamique. Des introductions vraiment bien ficelées, un trio qui maitrise parfaitement leurs instruments, des riffs de guitare ultra heavy, du blast beat puissant et rapide. Bref, l’album est du  Black Metal comme on en voudrait toujours. En plus la pochette de l’album est magnifique. Tout y est pour un album parfait.

Ma note : 9/10

Necronomicon: https://www.facebook.com/NecronomiconMetal/
Vidéoclip de Crown of Thornshttps://www.youtube.com/watch?v=60Vo5xmX-C0
Critique CD: Alain Labonte
Correction de texte: Mélanie Goulet
Québec-Métal Facebook: https://www.facebook.com/Québec-Métal-252549814787919/
©Québec-Métal


Photos ©Myriam Francoeur


CD critic

Necronomicon - Advent of The Human God (2016)

The band:
Rob The Witch - Guitars & Vocals
Mars - Bass
Rick - Drums


Songs:
01 - The Descent
02 - Advent of the Human God
03 - The Golden Gods
04 - Okkultis Trinity
05 - Unification of the Four Pillars
06 - Crown of Thorns
07 - The Fjord
08 - Gaia
09 - Bringer of Light
10 - Innocence of Wrath (Celtic Frost cover)
11 - Alchemy of the Avatar


Necronimicon (not to be confused with the German Trash Metal band of the same name) is from the Greater Montreal region. With four albums including the excellent Rise of the Elder Ones, the band is back today with a new mischief entitled Advent of the Human God. The band officiates in a dark and powerful Black Metal with some influences of Death Metal hidden here and there in their music.  Over the years, the group (despite a discography absence of 7 years) brought us strong songs and a clear evolution to reach the masterpiece that is Rise of the Elder Ones and naturally I wonder if it can do even better with his new album. So let’s not waste time and go see piece by piece what Advent of the Human God really is.

It begins with the very orchestral song The Descent.  It has a very classic intro or a perfect frame for a thriller movie. Comes next, the title track of the album which is Advent of the Human God. It is a festival of blast beats, some guaranteed speed, an extremely dark song with superb orchestration that takes an evil and powerful atmosphere. Easily we feel the darkness and we get carried away in this pure black terror movement. The Golden Gods begins with a sort of drum solo with a very frantic rhythm. The guitar playing is sublime, fast as the battery. An ultra powerful voice accompanies that. Despite being the feast of dark and powerful Black Metal, it doesn’t prevent some melodies from the guitar to bring a sublime touch. Okkultis Trinity is another introduction about two minutes thirty who still takes us into a cinematic movement with beautiful orchestrations and leads us gently to the song Unification of the Four Pillars which is more Death Metal in a way. The song is still ultra fast mainly due to well executed blast beat. There are always some hidden atmospheres here and there that bring a nice flavor to my ears and carry me, without me knowing, within the song. Crown of Thorns has a beginning that reminds us of Middle Eastern music and it will be felt many times during the song. Here we have a slower rhythm from the battery, I dare even say that it’s eyeing between Death Metal and Trash Metal. The piece never loses its rhythm and it is powerful and extremely heavy. The Fjord begins with a Spanish style guitar, slow and dark. You close your eyes and let yourself be cradled easily. Even Rob voice (guitar - vocals) goes down a tone, but keeps everything extremely dark and powerful. Gaia is another introduction track which could easily be added to any horror or science fiction movie. It is both psychedelic and mesmerizing. Bringer of Light starts with a great rhythm from the guitar. A still very quick piece with blast beats. Everything is there for a powerful and festive song. There are certainly slower moments that make me even think of Black Sabbath, but in a Black Metal version. It is superb. Innocence and Wrath, which is a Celtic Frost cover, is a dark piece that is slow, short but bloody well executed.  Alchemy of the Avatar returns immediately with furious and powerful rhythms. A beautiful song to end this metal album.

I did not believe that after an album like Rise of the Elder Ones, the band could still do much more, but I was wrong about Necronomicon. There are no dead times on this album and from start to finish, we are carried to a powerful and dynamic musical darkness. It has really well-crafted introductions, a trio that perfectly master their instruments, some ultra heavy guitar riffs and powerful and fast blast beat. In short, the album is some Black Metal everybody would always want. In addition, the cover of the album is beautiful. Everything is there for a perfect album.

My rating: 9/10

Necronomicon: https://www.facebook.com/NecronomiconMetal/
Video of Crown of Thornshttps://www.youtube.com/watch?v=60Vo5xmX-C0
CD Critics by Alain Labonte
Translation by Mélanie Goulet
Québec-Métal Facebook: https://www.facebook.com/Québec-Métal-252549814787919/
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment