Bloodstock Festival 2018

Wednesday, 1 November 2017

CD Critics: Enslaved - E (2017)

(French only)


Critique CD

Enslaved - E (2017)

Le groupe:
Grutle Kjellson – Voix & Basse
Ivar Bjørnson – Guitare
Arve Isdal – Guitare Lead
Håkon Vinje – Keyboards & Voix Clean
Cato Bekkevold – Drums

Les chansons:
01 - Storm Son

02 - The River's Mouth

03 - Sacred Horse

04 - Axis of the Worlds

05 - Feathers of Eolh

06 - Hiindsiight

07 - Djupet

08 - What Else Is There 


Enslaved est un groupe qui n’a plus besoin de présentation, avec treize albums à son actif, le groupe norvégien, nous arrive enfin avec son quatorzième album tout simplement intitulé E. Le groupe officie dans un registre très vaste mais surtout venant du côté black métal,  avec de belles influences progressives qui se mélangent bien avec un viking métal. Ayant vu le groupe à plusieurs reprises, soit à Montréal (Canada) ou à Québec (Canada), ainsi qu’à l’Alcatraz Festival en Belgique, je peux garantir que le groupe sur scène offre une prestation unique et très ambiancé. Exactement comme leur album, le groupe nous a souvent habitué sur ces précédents albums à des chansons longues et épiques, alors allons voir de ce pas, ce qui en est pour E.

Le tout débute par Storm Son. Une chanson très épique avec presque onze minutes au compteur. Une introduction sombre et guerrière et puis s’enchaîne un côté très mélodique avec de belles ambiances progressives. On se laisse aisément emporter par une certaine vague atmosphérique comme si on planait sur un nuage. Au niveau vocal, les back vocaux et la voix clair sont tout simplement impressionnant. N’oublions pas que cela demeure quand même un groupe sombre et black métal, alors la voix plus growl, vient apporter à certains moments l’ambiance sombre propre à Enslaved. Malgré sa longue durée, aucuns temps mort n’y est présent et cette chanson démontre toute l’étendue du talent de chaque musiciens. À certains moments de la pièce, le rythme s’accélère et offre un excellent black métal hyper ambiancé comme je l’aime. Les chœurs sont magnifiquement bien interprétés tout en créant une ambiance quasi gothic. Un très beau début d’album. The River’s Mouth est une chanson vraiment rythmée avec une voix growl dynamique et heavy. Malgré que l’ensemble demeure sombre, la voix claire apporte une autre dimension qui se marie bien au black métal et au côté progressif de l’ensemble. Plusieurs nuances et de changements de rythmiques se produisent sur cette chanson. Certains aspects plus mélodique apportent une certaine ambiance différente sans jamais se perdre dans le ton emprunté depuis le début de la pièce. Sacred Horse avec un début plus acoustique, ne fait que leurrer l’auditeur, car la vitesse d’exécution est très rapide et digne d’un black métal nordique. Sur cette dernière, plusieurs ambiances provenant des guitares sont fort bien interprétées. Une chanson sans concession qui saura plaire à un large éventail d’amateur de métal sombre. À un certain moment de la pièce, le clavier offre un son digne des années Deep Purple, qui apporte une autre dimension à la chanson. Le côté tribal vient aussi changer la donne en plein milieu de l’ensemble. Un pur délice musical. Axis of the Worlds offre une dynamique vraiment différente, incorporant certains aspects plus old school et rock ‘n roll. La voix growl est très nuancée et avec les back vocaux, forment un ensemble quand même très festif. Il y a toujours ce côté du clavier qui donnent des sonorités plus axées sur les années 70. J’oserais même dire, qu’ici on a le droit à une pièce stylée Black ‘n Roll mais avec de belles ambiances progressives. Du côté de la batterie, c’est tout simplement phénoménal ce qu’on peut y entendre aussi certaines ambiances que cet instrument apporte à la chanson. Feathers of Eolh est une pièce surprenante avec son début offrant des sonorité frôlant un certain côté psychédélique. Le ton monte enfin, et on y ressent immédiatement plein d’ambiances musicaux divers. Un côté nettement plus progressif s’y fait entendre. J’aime particulièrement le fait que le son soit plus sombre et que la voix soit plus claire sans jamais enlever ou dénuder l’ambiance préconisé sur la chanson. Hiindsiight est une chanson totalement progressive dès son introduction, elle devient très rapidement sombre et lente, et soudainement, revient vite  avec un son plus progressif. Ce mélange entre les deux rythmiques ce produit à plusieurs reprises durant la chanson. Encore une fois c’est une chanson remplie de superbes ambiances, même venant du clavier. La chanson est un peu déstabilisante mais extrêmement bien construite et interprétée. Djupet est plus vaporeuse dans son début et plus le tout avance plus on ressent que le rythme va s’enflammer et comme prévu c’est ce qui arrive, avec une rythmique fort rapide et efficace. Une belle voix sombre, une pièce très ambiancé avec des sonorités totalement différentes allant dans divers horizons et très sombres, voir même noir. Une chanson nettement plus lourde que de tout ce que l’on a entendu sur l’album jusqu’à maintenant. Une voix narrative vers la fin de la chanson qui amplifie encore plus  la noirceur de l’ensemble. What Else Is There est la dernière pièce de l’album offrant une dynamique sonore encore plus surprenante, mariant la voix claire et la voix growl en même temps. Le rythme imposé est plus soutenu, tout en voguant allègrement vers un métal progressif digne de ce nom.

Beaucoup d’entre vous le savent déjà, que je suis un amateur de power métal et de thrash métal, et que si je décide de critiquer un album de black métal, c’est qu’il doit être bon et ne pas aller dans tout les sens. Je me dois de dire, qu’ici avec E, Enslaved m’a donné toute une claque. J’ai été agréablement surpris par la totalité des ambiances qui se trouvent sur cet album mais surtout du niveau technique de l’interprétation des musiciens. Les ambiances dégagées par le clavier sont tout simplement extraordinaires, que ce soit avec des ambiances plus progressives influencés des années 70. Le clavier joue un rôle prépondérant dans la plupart des ambiances sur cet album. Du côté vocal,  la voix claire et la voix growl et sombre se marient à merveille, des chœurs sont souvent présent sur l’album qui sont tout simplement magistral. On a souvent tendance a parler du black métal en se disant que les guitares ne font que du bruit, mais ici sur E, la paire de guitaristes nous démontre tout le contraire. Le côté technique de leur jeu est tout simplement hallucinant et çà nous démontre toute l’étendue de leur talent. Enslaved avec l’album E, a construit une ode musicale frôlant la perfection et mélangeant merveilleusement différents styles musicaux. Québec-Métal recommande fortement cet album à tout amateur de black métal mais aussi à tout ceux et celles qui aiment une musique progressive interprétée de main de maître.

Ma note : 9.5/10

 
The River's Mouth videoclip: https://www.youtube.com/watch?v=Y8HX_vGPCz8
Critique CD par Alain Labonte
Correction de texte par Sylvie Drolet
Promo photo: ©Christian Misje
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment