Bloodstock Festival 2018

Wednesday, 3 May 2017

CD Critics: Furious - Dead Mark (2017)


(French Only)



Critique CD

Furious - Dead Mark (2017)

Le Groupe:
Martin Dion - Guitare/Batterie/Basse
Doom Coté & Ben Coté – Solo de guitare

Les chansons:
01 - Satyr (intro)
02 - Demon’s Seed
03 - Dr. Trip
04 - The Last Preacher
05 - Death Crusader
06 - Dead Mark
07 - Cyclops
08 - Brain Dead
09 - Inferno
10 - Son of God
11 - Mad Mansion
12 - War Machine
13 - Torturer
14 - Race

Furious est un One Man band de la région de Québec. C’est en réalité le projet de Martin Dion qui joue de tous les instruments mais qui s’implique aussi au niveau du mixage et du mastering de l’album. Dead Mark n’est pas le premier méfait de cet homme car en 2013, Furious as sorti le E.P. The Corsician Curse comprenant 7 chansons (incluant l’intro). Quatre ans plus tard il nous arrive avec un album de 14 piste qui s’intitule Dead Mark. Furious officie dans un registre très variée mais surtout old school, comme vous pourrez le voire dans mon analyse du nouvel album. Alors ne perdons pas de temps et allons voir ce que nous cache cette nouvelle galette de furieux métal.

Le tout débute par l’Introduction Satyr pour ensuite se diriger avec la première chanson qu’est Demon’s Seed. Une rythmique assez rapide comme départ ce qui promet, Même si le rythme ralenti, il en demeure un groove assez puissant qui nous permet d’headbanger ou de brasser la tête de satisfaction. Une bonne chanson pour débute les hostilités. Dr.Trip  est nettement plus lente, un genre de heavy doom mais avec des couilles. Le style est dur à définir car il me fait penser a plein de groupe, un bon mélange en tous cas. Excellents soli avec une voix sombre a là Lemmy mais bien heavy. The Last Preacher me fait automatiquement penser à Black Sabbath, sombre, son de cloche, une certaine lenteur dans le rythme comme si la guitare serait sous accordé. A certain moment de la pièce la dynamique augmente ce qui crée un bon mélange entre les deux rythmiques. Death Crusader démarre sur les chapeaux de roue. Automatiquement notre système se met en mode headbanging. Encore une chanson très dynamique et qui frôle le power métal a un certain Saxon des années 80’s. Dead Mark qui est la piste titre, une pièce encore avec une certaine lenteur mais très ambiancé. Malgré sa rythmique plus doom, elle en demeure quand même une chanson for efficace. Cyclops reste dans la même ligné que Dead Mark au niveau du son mais avec en entrain plus élevé. Une voix un peu plus criarde que ces précédente mais très efficace. Brain Dead offre un certain groove fort agréable, la chanson garde toujours cette rythmique lente avec une guitare vraiment convaincante. Imaginer un rythme lent mais avec un solo à l’emporte-pièce, que de plaisirs pour les oreilles. Inferno débute avec un introduction quasi cinéma mais ça ne dure pas car on a le droit ici a une pièce furieuse comme départ, et le tout reviens avec cette lenteur du rythme qui est fort efficace. Son of God change un peu de dynamique au niveau sonore. Nettement plus heavy avec soli très bien fait. Plusieurs changements de rythme sur cette dernière, ces changements sont tellement bien faits qu’on ne décroche pas à son écoute. Mad Mansion est direct, puissante et rapide. Cette dernière me ramène dans mes souvenirs des belles années 80’s. J’adore cette pièce qui est bien foutu. War Machine reste dans la même veine que sa précédente, c’est-à-dire quel garde son côté heavy et rapide et encore une fois avec de beaux soli bien placé et bien interpréter. Torturer est encore une chanson avec une belle dynamique, la chanson reprend ce côté plus doom mais sans perdre rien en efficacité. Race clôt l’album de belle façon, c’est dire puissante et nettement plus rapide. Que dire de plus à part que c’est une belle manière de terminer un excellent album.

Ce qui me surprend le plus sur Dead Mark est que tous les instruments sont bien mixé et que chacun d’entre eux ont leur place, aucun instrument n’est en retrait ou trop en avant. Martin Dion a fait un excellent travail sur cet album que sa sois tant du niveau des compostions que du mixage. Une batterie solide et vraiment efficace, des soli de guitare foutrement bien exécuté.  Du côté de la voix rien à redire, une voix féroce et heavy. Avec ce que j’ai entendu sur Dead Mark, Furious nous offre ici un album de qualité et un talent indéniable pour son auteur qui as presque tous fait dessus. Vous retournerez aisément dans les années 80’s sur cet album et vous y trouverai aussi un très bon mélange de style. Québec-Métal vous recommande fortement cet album.

Ma Note : 8/10

Critique par Alain Labonte
©Québec-Métal

No comments:

Post a Comment